Featured Posts

Tourner avec de longues focales

December 22, 2018

 

Le problème

 

Je vais aborder aujourd'hui un thème assez particulier : le tournage animalier, avec de longues focales : j'entends par là des focales au dessus de 600mm en équivalent full frame.

 

Ce genre de focale nécessite des dispositions particulières au niveau du matériel et de la façon de tourner. Sur la photo ci-dessus, j'ai un Tamron 150-600 monté sur un GH5, soit, en au zoom maximum, une focale de 600mm, mais avec le crop factor x2 du GH5, la focale atteinte est de 1200m en équivalent full frame.

 

Première remarque : a des focales aussi longues (et même, en général a partir de 600mm full frame), il est indispensable d'avoir un pied pour tourner de la vidéo. C'est le conseil le plus important a retenir : j'ai essayé plusieurs autres solutions pour m'éviter de porter un pied de 2kg lors de mes escapades en montagne, et aucune, a part un pied, ne donne de résultats satisfaisants. Et même avec un pied, il n'est pas gagné d'obtenir de bons rushs.

 

D'ailleurs, si j'ai une mine si déconfite sur la photo, c'est que ce jour là, je n'ai obtenu aucun rush satisfaisant. L'une des causes est visible sur la photo : j'utilise donc un Tamron 150-600 a 600mm avec un GH5, avec mon pied Triopo C-258 à 60 euros et une tête Velbon PH 368 a 50 euros. Explications.

 

Tout dans la tête, (presque) rien dans le pied

 

Un pied costaud est donc indispensable pour avoir un vidéo stable a ces focales, et mon pied, fabriqué en alliage d’aluminium, bien que bas de gamme, comme beaucoup d'autres, fait suffisamment l'affaire pour porter un setup de cette taille, ou encore un peu moins lourd comme on le verra par la suite, à conditions qu'il soit suffisamment lesté. La plupart des pieds "modernes" proposent en effet un crochet qui permet de suspendre un poids (au hasard un sac a dos avec plusieurs litres d d'eau et plusieurs kilos de matos pour les baroudeurs).
Si vous pouvez vous permettre de transporter un pied lourd, prenez un truc très lourd : en règle générale, plus il y a du poids, plus ce sera stable.

 

En fait, c'est la tête fluide qui supporte et amortit le plus gros du poids, d'où son importance. Et il est absolument impossible de faire des plans stables, même a 600mm, même avec un pied de 20 kilos, avec la tête Velbon que j'utilise sur l'image. Le moindre mouvement et la tête vibre pendant de longues secondes qui peuvent vous faire rater votre plan. Même une fois complétement bloquée la tête n'est pas assez costaud pour rester en place et glisse lentement sous le poids de l'appareil et de l'objectif.

 

J'ai donc cherché une tête pas trop cher qui puisse faire l'affaire pour tourner avec de longues focales. Autre critère important pour moi, le poids. Je tourne souvent en montagne et je dois porter tout mon matériel sur mon dos pendant de longues marches, et chaque gramme compte lorsqu'on est en plein effort. Critère difficile puisque en règle générale, comme pour le pied, plus votre pied/tête sera lourd(e), plus il/elle sera stable (mais il y a beaucoup d'autres critères bien évidemment).

 

On trouve des têtes fluides a absolument tous les prix : de 50 à 5000 euros, voir plus.

Mon choix s'est arrêté sur la marque chinoise Sirui, connue pour faire des produits de hautes qualité (hé oui, ça existe chez les marques chinoises) a des prix bien plus bas que les marques chères et plus populaires chez les pros comme Gitzo, Manfrotto ou en Sachtler.

 

La tête fluide Sirui VA-5 est une tête fluide relativement petite, légère (environ 500g), et de très bonne qualité (on la trouve pour environ 140 euros).

 

 

Avec une tête comme celle-ci, il est envisageable de faire des plans a 600, voire 800mm. Au-dessus, un pied / une tête encore plus stable seront nécessaires.

Pour aller plus loin (au niveau des longues focles), si vous avez le budget, je conseille très fortement de lorgner du coté de Sachtler et de son Flowtech 75, et des têtes fluides associées, mais nous ne sommes plus du tout dans les mêmes gammes de prix (autour des 2000 euros minimum).

 

Moins de poids, plus d'automatismes

 

J'ai donc aussi envisagé de baisser le poids de mon setup, pour améliorer encore la stabilité de l'ensemble (par rapport aux capacités de la tête), et surtout pour alléger mon sac a dos, et comme je galérais depuis longtemps pour trouver une solution d'adaptation électronique viable pour le Tamron (voir dans un post précédent), que je trouvais beaucoup trop encombrant, je l'ai vendu et j'ai craqué pour le Panasonic Lecia 100-400mm. Avec deux fois moins de poids sur la balance (1 kg), je gagne au passage tous les automatismes Panasonic en natif (stabilisation, autofocus) sans ajouter une bague quelconque.

 

 

Avec cet objectif, la tête fluide Sirui, on peut envisager d'essayer de suivre un vautour au sommet d'une montagne par exemple. Exemple ci-dessus au sommet du Grand Van en Belledonne (2448m). Bon le matériel ne suffit pas, le suivi d'oiseaux en vol en vidéo est ce qu'il y a de plus difficile à gérer et je suis toujours en apprentissage de ce coté : il faut gérer le zoom, le focus, panoter de façon fluide, c'est extrêmement difficile. Mais avec des sujets plus placides, on peu envisager de faire de très belles images...

 

Comment porter son matériel efficacement ?

Un autre problème se pose si comme moi vous tournez en montagne, et que vous ne pratiquez pas l'affut (auquel cas les problématiques et le matériel utilisé peuvent être différents) : comment porter son matériel (appareil + pied) et être prêt à l'utiliser le plus rapidement possible pour ne pas rater un animal qui se présente et qui va parfois s'enfuir très rapidement ?

J'ai longtemps cherché la façon idéale de porter et préparer tout ça, et je vais vous expliquer comment je fais tout ça à l'heure actuelle, parce que je n'ai trouvé d'informations sur ces trucs pratiques absolument nulle part.

Premièrement, il n'est pas pour moi envisageable de porter mon pied et mon appareil déjà "préparés" sur mon dos, comme on peut parfois le faire sur des courts trajets à pied : c'est beaucoup trop inconfortable à mon gout.
Il faut donc envisager de porter le pied replié et l'appareil à part. Lorsque je croise un animal, ma technique est la suivante :
Je sors mon appareil et je filme directement l'animal à main levée, avec un zoom très faible (entre 100 et 200mm, soit 200-400 équivalent full frame).
Avec la double stabilisation du GH5 et de téléobjectif (qui marche remarquablement bien) j'arrive à obtenir un plan large mais stable, et si jamais l'animal s'enfuit rapidement, j'aurai au moins ce plan là.
Si l'animal reste, j'ai une arme secrète : je ne suis pas seul lors de mes escapades en montagne. Pendant que je filme, ma complice prépare le pied, et une fois le pied déplié, je n'ai plus qu'à clipper l'appareil dessus et a zoomer au maximum.
Tout cela suppose cependant pour être efficace que le pied et l'appareil soient accessibles très rapidement.
Pour que le pied soit accessible, je le porte sur le côté de mon sac à dos, arrimé par une des petites sangles prévues a cet effet sur la plupart des sacs. Il n'y a plus qu'à le prendre délicatement et a le déplier.

 

 Un sac à dos de randonnée possède en général de nombreuses attaches utiles pour transporter un pied


Certains pieds sont plus rapides et plus discrets que d'autres à déplier, c'est clairement un critère de choix très important pour votre pied (en plus du poids).
Je vous conseille un pied à ouverture de type "twist lock", plus rapides et plus silencieux que les "flip lock" (comme le mien, que j'envisage donc de remplacer...)

Comme le poids de l'appareil avec le téléobjectif, bien que réduit par rapport a un full frame, est quand même conséquent, il n'est pas envisageable de le porter au cou.

Lla solution la plus logique, vu sa taille raisonnable, était donc de le porter dans une sacoche à part que je puisse ouvrir très rapidement et sans bruit.
J'ai donc cherché longtemps une sacoche assez grande pour contenir mon GH5 + le pana 100 400 qui possède un mécanisme de fermeture magnétique, qui puisse s'ouvrir rapidement et sans bruit. Ce n'était pas si simple que ça a trouver, et mon choix s'est finalement orienté vers le Thinktank Mirrorless Mover 25i, qui possède toutes les caractéristiques nécessaires, avec en plus la possibilité de se fermer avec une fermeture éclair, pour sécuriser l'appareil dans les passages difficiles en montagne par exemple.

Le ThinkTank MirrorLess 25i

 

Je laisse mon appareil prêt à l'emploi dedans (déjà réglé, cache enlevé, plateau rapide déjà monté dessus), j'ai un seul geste a faire pour le sortir et l'allumer en même temps et je suis prêt pour filmer et profiter des merveilles de la nature...

Une étagne dans le Vercors

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Latest Posts

Tourner avec de longues focales

1/5
Please reload

Sign Up For Updates

#Tags

Search By Tags
Please reload

© 2017 by FRANK ROCHET.

 Proudly created with Wix.com

  • Grey YouTube Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now